Comment tailler un arbre en nuage: réaliser un Niwaki avec ses arbustes

Voila maintenant quelques années que je réalise pour mes clients, la transformation d’une partie de leur jardin en espace zen.

Et notamment en transformant de simples buissons en arbres nuage. Au Japon cet art s’appel le Niwaki. Il s’agit de reproduire à échelle réduite, la silhouette d’arbres centenaires en pratiquant la taille.

Lire la suite

Massif de vivaces quasi sans mauvaises herbes

jardin de plantes vivaces

Ce qui me plait avec les plantes vivaces que j’ai sélectionné, c’est qu’elles permettent d’éviter de trop désherber les massifs. 

Car la première chose que j’ai observé en créant mes premiers massifs de vivaces chez mes premiers clients ( il y a une dizaine d’année), c’est qu’en un mois, les mauvaises herbes avaient envahi les vivaces. 

Peut-on tailler les fruitiers alors qu’il gèle

tailler les fruitier alors qu'il gel

Certains sont déjà en vacances, alors que d’autres le sont bientôt! Profitez-en, c’est le moment de rejoindre la formation sur la taille des fruitiers de A à Z.

Peut-on tailler alors qu’il gèle la nuit

tailler les fruitier alors qu'il gelVous avez certainement remarqué, ces derniers temps sont marqués par des températures élevées en journée (pour la saison) et des températures négatives la nuit.

Beaucoup se demandent s’il est bon de tailler ses fruitiers en cette période ou s’il faut attendre.

Lire la suite

Arrosage plante: comment bien arroser ses plantes en permaculture

Dans cet article, on va aborder l’arrosage plante, arbres et arbustes.

Cet article fait suite à l’article

L’arrosage plante par plante en pot:

Mieux vaux arroser tout les 3 à 5 jours un gros arrosage que tout les jours un petit coup d’eau.
En somme, en pot, pour être sûr que votre plante ai soif, plongez votre doigt dans le terreau sur 1 à deux phalanges. Si votre bout de doigt reste sec, vous pouvez arroser, si vous sentez encore un peu l’humidité laissez encore un peu de temps le terreau se dessécher.
L’arrosage doit être fait à température ambiante. J’utilise personnellement un mélange de 1/2 eau de pluie et 1/2 eau du robinet décanté 1 nuit minimum. En définitive, je prépare une grande bassine de moitié moitié 50/50 qui me permet l’arrosage de tout mon jardin.

arrosage plante

Pourquoi ne pas mettre que de l’eau du robinet?

L’eau de récupération de pluie a l’avantage d’être pas du tout chargée en élément, vous pouvez vous procurer un testeur de EC et de PH pour une quinzaine d’euro pour regarder ces paramètres.
Vous verrez que l’EC vous affichera quasiment 0. C’est a dire que cette eau n’est pas du tout chargée.

Le pH et EC de l’eau pour arrosage plante


Le pH d’une eau de récupération est très bas. Proche de 5, ce qui est trop acide pour la majorité des plantes du jardin.
L’eau du robinet quant à elle est souvent basique, même très basique et chargée. On retrouve généralement pas mal de calcaire. Bref, c’est une eau généralement chargée et proche de 7,5 en pH. Ceci n’est pas non plus bon pour les plantes.
Pour une croissance idéale la plante demande une eau à température ambiante (pour ne pas bloquer la croissance) et aux alentour de 6,8 de pH. Et une EC comprise entre 0,5 et 2 maximum.

En mélangeant l’eau du robinet et l’eau de récupération on arrive à un pH idéal et une EC assez basse.

Si vous avez un doute lors de votre arrosage, testez l’eau qui sort des pots, généralement elle ne doit pas dépasser 3 ( ou 3000 microsiemens / cm) . La majorité des terreaux amendés tournent autour de 1,5 – 2,5 .
Si l’eau qui sort est de 500 microsiemens/cm votre terreau est devenu trop pauvre (il faut donc fertiliser votre plante à l’aide d’engrais organique (idéalement)
J’encourage les engrais organiques plutôt que minéral parce que ça va dans le sens de la planète et que le processus naturel est préférable à la chimie….

Conclusion arrosage plante

Quand vous maitriserez ces paramètres régulièrement, la croissance de vos plantes ne sera plus un souci, et le feuillage sera vert bien foncé, et la floraison abondante.

Bon maintenant, ça ne fait pas tout. Vous imaginez bien.
Pour avoir le nec plus ultra de la culture en pot il y a quelques ingrédients a ajouter pour avoir des résultats hors du commun …

Ces ingrédients je vais vous en parler dans

Permaculture en bac

…ou permaculture en balcon

A lire avant :

La culture en bac ou en pot en permaculture

Cultiver des plantes en pots ou la permaculture en bac reste l’une des choses les plus complexes à maitriser. En effet, le manque de surface racinaire, le peu d’eau, et la température font souvent défaut.

Une plante en pot est donc limitée par pas mal de choses qu’il faut optimiser pour que tout se passe bien.
Je me demande toujours pourquoi mes clients préfèrent garder leur plante en pot sur leur terrasse, alors qu’ils disposent de millers de M3 de terre devant eux…

Les pots, et contenants idéaux:


La première chose a réfléchir, c’est quel type de pot ou bac est meilleur?
Sans hésitation les pots en terre (le second serait les grands bacs en bois). Car contrairement aux pots en plastique, la terre cuite respire. Elle est faite de micro-pores permettant à la plante de transpirer et de respirer.

Assurez-vous que vos pots soient toujours percés au fond.
Et les soucoupes ne doivent jamais avoir de l’eau au fond. Elles sont là pour éviter de « tacher la terrasse » mais ne doivent en aucun cas faire office de rétention d’eau.
Et pour ceux qui aiment les systèmes avec bacs de rétention, n’oubliez pas que de l’eau qui stagne est le refuge à de nombreux mauvais champignons et maladies que l’on ne souhaite pas sur nos végétaux.
Donc pour résumer, préférez les pots en terre cuite tout simple, et si vous ne pouvez pas choisir autre chose, alors préférez les contenants les plus généreux possibles.
ex: une lavande sera bien a partir d’un pot de 10 L un arbuste de type laurier rose dans un bac de 50 Litre minimum. etc…

En pot, je n’utilise pas de paillage généralement. Le terreau étant déjà très amendé et suffisant comme base de culture. Et le sol est maintenu humide artificiellement par l’arrosage.

Généralement un drainage doit être effectué au fond. Si vous disposez de billes d’argile, c’est l’idéal. Sinon, des graviers ou pots cassés font l’affaire ( sur 1 à 2 cm.)


Ensuite viens le choix du terreau.


Evitez les terreaux bas de gamme, ils ne sont pas fait pour la culture en pot.
L’essentiel lorsque l’on cultive en pot c’est d’avoir une bonne rétention en eau et un drainage parfait. Le terreau doit être léger et pouvoir se gorger d’eau facilement. J’utilise personnellement les gamme BioBIZZ et Canna que vous retrouverez en ligne ou dans certaines jardineries.

terreau de type Biobizz

Ces terreaux se différencient de ceux que l’on trouve sur le marché:
ils disposent de 10 à 15% de perlite, assurant le drainage du terreau et son aération
de fibres de coco et de tourbe pour la rétention en eau
de matière organique riche en azote. Je vous montre tout ça en détail dans ma formation plantation.

Généralement, ces terreaux comportent déjà un engrais naturel, donc pas besoin d’apport durant les deux premières années je dirais.

Le terreau doit être installé par dessus les billes d’argiles, et ensuite vous pouvez installer la motte de votre plante. Enfin ajoutez le terreau en appuyant bien pour faire la jonction motte /nouvelle terre. (n’y allez pas comme un bourrin non plus hein!)

Et voilà votre plantation est faite, il ne vous reste plus qu’à l’arroser. Et c’est justement le sujet du prochain article.

Permaculture débutant: le paillage du sol

Pour les débutants, la permaculture consiste en somme a reproduire les phénomènes naturels que l’on peut observer dans la nature. Il s’agit de les reproduire à l’échelle de votre jardin. Les prochains articles aborderont la permaculture débutant et comment bien débuter en permaculture avec quelques astuces et bases essentielles à comprendre.

L’avantage de la permaculture (ou culture permanente) est de ne nécessiter aucun engrais, très peu d’entretien, et se réalise facilement chez vous avec ce que vous avez à portée de main.

Dans ces prochains articles, je vais aborder des choses qui vont vous aider simplement dans votre jardin, et à votre niveau.

La plantation pour débutant en permaculture

Aujourd’hui, un point sur la plantation et comment faire des plantes luxuriantes.

Beaucoup de personnes souhaitent avoir une meilleure terre ou ne plus avoir de cailloux…
Lorsque une haie est plantée, la majorité des gens ne prennent pas soin de cette haie et se demande pourquoi certaines plantes finissent par mourrir.

Lors de la plantation, le plus important est la couverture.
Je ne vais pas vous apprendre a mieux planter, car la majorité d’entre-vous appliquent les bons gestes :
– creuser un trou suffisamment profond,
– faire un mélange terreau terre de jardin
– planter votre pot ou votre racine nue directement avec ce mélange.
Jusque là rien de fondamentalement fou!

A ce stade, la majorité attendent que ça pousse. Et généralement si la plante a été plantée au bon moment (novembre ou mars) la reprise est assurée, et la plante deviens viable.

Là ou la majorité se contente de planter, d’arroser un peu et d’attendre, une minorité pensent a prendre soin de la terre pour que l’arbre ou l’arbuste en profite.

Pour cela il n’y a qu’une solution : la couverture du sol.

Pourquoi couvrir le sol pour respecter le concept de permaculture (quand on est débutant)?


Car une couverture permet de protéger le sol. Dans la forêt, aucune terre n’est à nue. ça n’existe pas. La nature s’efforce de recouvrir la terre par des couches successives de feuilles branches mortes, plantes annuelles mortes, herbacées…

Ces couches successives de carbone et d’azote forment la condition idéal de protection et de nourriture du sol.

Vous comprenez donc qu’une couverture n’a pas que la capacité de protéger le sol, mais qu’il fertilise aussi le sol.
En effet, avec de longs processus de transformation de l’azote par les bactéries et du carbone par l’action des champignons (myceliums). Cette couche supérieure se décompose et donne de nombreux éléments au sol. Le sol devient donc ainsi fertile et rend vos plantes plus belles.

En effectuant un paillage permanent vous allez maintenir votre sol frais.
Faites l’expérience avec un tapis du gazon synthétique ou une simple planche laissée à même le sol. Lorsque l’on soulève le tout, on s’aperçoit qu’il y a un nombre important de lombrics cloportes et autres insectes. Le sol est frais, humide et vivant.

La permaculture c’est avant tout un sol frais et vivant

C’est l’une des clés de la réussite d’une culture bien menée: Maintenir un sol frais couvert. Avec le temps votre espace de culture va être investi par de nombreux lombrics et autres insectes permettant la décompaction du sol et l’aggradation du sol.
En somme vous aurez des milliers d’employés qui travailleront pour alléger votre sol sans que vous n’ayez rien a faire mis à part nourrir tout ce beau monde régulièrement grâce à un paillage de surface.


Règle a retenir pour un sol dit “respectant la permaculture”:


Un sol doit être toujours couvert sur vos zones cultivées
La couche de paillage doit être d’au moins 20 cm pour être efficace.

Rien de bien compliqué sur le papier. Cependant, quand on est dans notre jardin, comment fait on pour avoir un bon paillage?

J’ai mis 5 ans avant de comprendre que l’équilibre Carbone Azote est essentiel à la réussite d’une culture.

Que ce soit pour le potager ou pour l’ornement, le principe est le même. On couvre le sol pour le protéger et lui donner à manger.

Un point sur les engrais …


Contrairement à ce qu’on pense, on ne nourrit pas les plantes mais on nourrit le sol qui va nourrir les plantes. C’est là la grande différence entre un « engrais naturel » dit organique et un engrais minéral. l’engrais minéral va directement donner les éléments sous forme assimilable pour la plante, alors que l’engrais organique doit être attaqué par les bactéries et insectes du sol pour être transformé et être assimilable.

Vous l’aurez compris, en mettant une couche en partie supérieure, on va amender notre sol pour le rendre plus fertile.

Que mettre comme paillage en permaculture?

Il y a deux types de matières:
AZOTEES: tout ce qui est vert, tonte, tiges herbacées, matière fraiche du compost, pelures,…
CARBONNEES: tout ce qui est marron, mort, branches, broyât de branches, copeaux, feuilles marron, carton…

Pourquoi respecter le rapport C/N (carbone azote)?


Car un déficit d’azote dans un paillage créé ce que l’on appel une faim d’azote. L’ensemble des végétaux que vous aurez planté vont montrer des signes de jaunissement et leur croissance va s’arrêter.
Pourquoi? Tout simplement parce que les Champignons ayant beaucoup de travail a faire pour transformer le carbone vont puiser dans le peu d’azote qu’ils trouvent à proximité. Et justement, le seul endroit où on trouve de l’azote en quantité est dans les tissus des plantes….

D’une façon générale lorsque je créé un paillage pour des arbustes ou arbres, j’élabore un paillage assez durable et qui aura plus de mal à se décomposer. Il est fait de
BRF (broyat de branches et feuilles) et de déchets de tonte. Et si possible des feuilles vertes.
Je mélange ces trois matériaux pour faire quelquechose d’homogène. Pour cela rien de mieux qu’une brouette pour faire ce mélange. 1/2 broyat 1/2 tonte et herbes font un très bon paillage.

Permaculture débutant, le paillage

Paillage pour potager en permaculture débutant

Pour le potager ou toutes les parterres de plantes annuelles ou vivaces, je préfère utiliser des matériaux qui se décomposent plus facilement et donc plus vite assimilable par les plantes.
J’utilise donc un mélange d’épine de pin et de sapin 1/2 mélangé à 1/2 déchet de tonte.
Pensez à bien mélanger les deux couches parce que la tonte en séchant à tendance à s’agglutiner et faire une couche compacte et qui ne se décompose pas correctement.
Votre paillage doit être aérien léger et si possible esthétique.

Beaucoup vont dire que ce n’est pas esthétique, et c’est pas faux, a vous de choisir entre un paillage esthétique et un paillage aidant vos plantes à fleurir et produire des feuilles bien vertes sans maladies.

Les effets sur vos végétaux vont se voir dès les 3 premiers mois. La vie du sol va s’activer en 4 à 6 mois, et votre sol restera frais.
Pensez à ajouter des couches mélangées de marron et de vert deux fois par an.
Généralement à l’automne il y a beaucoup de feuilles jaunes marron à mélanger à de la mousse, de la tonte.
Et au printemps beaucoup de déchets de tonte à mélanger avec de la paille ou des matériaux issus du broyeur de jardin.

Cet article est un avant goût de ma formation sur la plantation. Et comment faire pour apprendre a améliorer la croissance de ses plantes dès la plantation en reproduisant les phénomènes naturels que ce soit en pleine terre qu’en pot. Vous retrouverez tout le détail de cette formation ici.

Dans l’article suivant concernant la permaculture pour débutant, nous allons aborder la permaculture en pot. Nous allons  parler des plantes en pots et comment être sûr de leur réserver des beaux jours.

L’hiver au jardin

Comme beaucoup, j’ai préparé mon jardin pour l’hiver. Et à travers cet article, je vais vous parler de ce qu’il est important de faire pour un jardin vivant et en pleine santé même l’hiver!

Les refuges à insectes

Vous devez disposer de recoins, d’ interstices permettant à des insectes comme les cloportes, milles pattes, vers de terre de s’insérer pour passer la saison froide. Les hôtels à insectes sont excellent pour cela. Mais si vous n’en avez pas c’est pas grave! suivez le guide.

Pour ma part, je laisse toujours un sac ou deux de brindilles près de ma serre. Contre la serre, quelques branches ayant servi de tuteur sont installé à même le sol . Le bambou pour ça permet d’excellentes cachettes.

Les massifs paillés avec plaquettes de bois, foin ou paille sont tous propices à la biodiversité. Un gazon synthétique fait office de refuge pour de nombreux vers de terre!

Une fois paillée, la surface de votre sol restera toujours 2 à 5 °C plus chaude en plein hiver que l’air ambiant. C’est comme une couverture pour les plantes. Ne pas prévoir de paillage, c’est condamner des plantes à subir des forts gels.

La majorité des plantes que l’on cultive n’ont pas “besoin de paillage” et s’adaptent plus que nous aux changements climatiques. Mais en pratiquant un paillage régulier sur ses cultures vous aiderez au maintien de la vie dans votre sol. Si le gel s’installe, la vie du sol s’éteint. Souvent il ne s’agit que de maintenir votre sol “hors gel” pour garder l’activité du sol.

Car si vous maintenez toute cette énergie en action dans vos sols et autours de vos parcelles vous disposerez non seulement d’un sol entièrement préparé mais aussi grâce aux insectes vous aiderez la pollinisation de votre jardin l’année suivante.

Plus aucun mal pour faire un trou, planter dans le massif deviens bien plus agréable une fois une couche épaisse de paillage en place!

L’hiver au potager

Mes parcelles sont quasiment toutes vides, mise à part quelques roquettes, salades, choux betteraves et panais. Quand les surfaces ne sont pas cultivées, je préfère protéger mon sol du froid et des trop fortes pluies. Pour ça, tout est utile : ancienne bâche, toile tissée, tapis, … même des matières occultantes et étanches peuvent être employées. Cela ne vas pas étouffer le sol contrairement à ce que l’on peu penser. J’ai actuellement des anciennes bâches sur les surfaces que je souhaite garder propres et évitant aussi le passage des chats sur les espaces cultivés.

Si vous voulez installer des bâches comme je le fais, je vous conseille de bien les attacher à chaque pied. Pour ça j’utilise des pavés. C’est assez lourd pour maintenir une bâche tout l’hiver. En installant un pavé tout les 0,5 – 1 m autour et dans votre bâche, vous ne risquez pas de la voir s’envoler. En dessous au printemps vous retrouverez de nombreux cloportes, et un grand nombre de vers de terre.

Fin d’automne, si ce n’est déjà fais pensez à couper toutes les tiges creuses et découpez-les en morceaux avant de les utiliser autour des plantes comme paillage.

C’est le moment de couper les asperges justement. C’est une tige creuse qui se dégrade facilement. Une façon simple de transformer ces tiges creuses en paillage consiste à installer les tiges coupées dans les allées, et par le simple passage des humains les tiges se craquelles pour former des fragments de bois. Un excellent paillage pour les futures asperges.

Ajuster les tuteurages

Avant l’hiver, j’espère bien ajuster les tuteurages. Je vais aussi profiter des gabarits des jeunes fruitiers découvert de feuilles pour commencer leur formation à l’aide d’un palissage originale.

Laisser parler votre imagination pour le tuteurage, et pour cela il y a 1000 et une façon de faire. L’essentiel lorsque l’on tuteur, c’est de faire une structure qui aide la plante, qui la dirige.

Pourtant, trop souvent, je vois dans les jardins, des rosiers tiges qui tiennent le tuteur, des cerisiers étranglés par des sangles trop serrées, des tuteurs trop peu ancrés dans le sol laissant les jeunes plantes ballotter à chaque rafale de vent. Alors s’il vous plait faites le tour de votre jardin et inspectez vos tuteurs!

Il y a plusieurs types de palissage pour les pommiers, poiriers… et l’un de mes préférés reste le palissage en croisillon.

Pommiers en forme: Tricroisillon.

Source : ma passion du verger

Cette forme maintien les branches principales en oblique. Cette configuration permet au soleil de bien plus éclairer les branches.

La pénétration lumineuse est bien plus optimale que sur un fruitier classique. La résultante de cette pratique est une récolte abondante de fruits.

Pourquoi? parce que l’on maintien toujours le même nombre de branches et la même forme. On ne laisse pas la plante créer de grand départs. La sève se concentre donc toujours très près des branches principales. Offrant ainsi un afflux de sève durant l’été allant directement à la production de gros fruits.

Les fils tendus

Encore un sujet d’actualité, pensez à réajuster les fils tendus .

Dans le même exemple que précédemment, un cordon oblique de fruitiers grimpants peut être magnifique.

Cordon oblique simple.
Source : ma passion du verger

Avec un cordon oblique, on peut tout à fait faire grimper de la vigne ou des kiwis tout en gardant le quadrillage oblique face à un mur. Ces losanges se dessinant sont d’autant plus mis en valeur lorsque derrière, il y a un matériau de couleur diamétralement opposé. Ainsi les contrastes de couleurs sont renforcés.

Protections en bordures de routes

Attention, pour ceux qui résident en ville ou en périphérie. A proximité d’une route régulièrement empruntée, généralement les chasses neiges passent (pour les régions enneigées). Il est important de protéger vos massifs ou cultures d’une bâche ponctuelle. Le sel envoyé par les engins de déneigement est projeté de façon latéral afin d’atteindre un maximum de surface. Cependant, le sel est très nocif pour les plantes de nos jardins. C’est pour ça que ponctuellement, lors des annonces de neiges, je n’hésite pas à protéger mes massifs et jardinières.

Les traitements naturels

Le début de l’hiver, c’est souvent le moment où les choses s’empirent au jardin. Pourtant, personne ne s’en rend compte. C’est lorsque les feuilles tombent, que les plaies des pédoncules deviennent une porte d’entrée aux maladies : champignons, bactéries…

Et pour lutter efficacement en préventif, il faut connaitre les bonnes pratiques. J’ai édité une formation sur les traitements bio et comment supprimer 95 % des soucis au jardin avec quelques gestes simples. Vous aurez tout le détail en cliquant ici.

Vous allez enfin pouvoir faire des gestes préventifs sans avoir à subir les “oh mince mes feuilles sont toutes tachées”. Car effectivement, à ce moment là c’est trop tard et ce n’est que l’année suivante que vous retrouverez un magnifique feuillage.

Depuis que j’utilise ces pratiques au verger, et sur de nombreux arbustes d’ornements, je n’ai plus aucun souci d’excès l’été: excès de pucerons, cloque , champignons…

Utilisable en jardinage bio, la majorité des pratiques que je vais vous apprendre respectent la vie du sol . Grâce à l’utilisation d’huiles essentielles et d’éléments naturels on peut maintenir le tonus du jardin pour tout l’hiver. Et au printemps, vos plantes redémarrent sans plus aucun problème.

Pour avoir un verger, et des arbustes résistants et resplendissant durant l’année, je vous invite à télécharger ma formation sur lutter efficacement contre les insectes et maladie naturellement

Je vous souhaite à tous un excellent hiver et de très bonnes fêtes de fin d’année.

Ce site web utilise des cookies pour que l'utilisateur ai une meilleure expérience d'utilisation. En continuant la navigation sur ce site vous consentez à l'acceptation de la collecte de données et aux cookies de notre part. En savoir plus.

ACCEPTER
politique de cookies