Maladie du pommier, maladie du poirier

maladie du pommier

maladie du pommier

Nous allons aborder la maladie du pommier, ou tout les nombreux cas de maladie des pommiers à travers cet article. Cet article aborde la maladie du poirier par la même occasion.

Le pommier se cultive sous de nombreuses formes et est capable de s’adapter à de nombreux climats.
Il est moins sensible au gros gels qu’aux chaleurs, et préfère l’humidité. La majorité des pommiers sont victimes de maladies et d’insectes. En voici les principaux:

LE CARPOCAPSE DU POMMIER

carpocapse
Plus communément appelé le ver du pommier, c’est une chenille assez désastreuse dans de nombreux vergers.
Elle apparait dans les fruits durant l’été.
Pour lutter efficacement contre cette chenille, faites en sorte d’attirer les oiseaux et chauves-souris au verger: des abris, niches, accroches…
Enlevez dès qu’ils apparaissent les pommes et poires verseuses.
Placez des bandes de carton ondulé autour du tronc en mai. Les bandes doivent bien suivre le tronc pour piéger les larves. Les bandes doivent être brûlées à l’automne.
Placez de pièges englués à phéromones dans les arbres (bleu ou jaune) afin de piéger les phases adultes et de surtout repérer les vols pour pouvoir traiter si besoin.
Pulvérisez si possible un virus de la granulose parasitant la larve et alternez avec une pulvérisation de bacillus de thurengensis.
Une petite astuce consiste à pulvériser du kaolin sur l’arbre pour diminuer l’appétence du végétal.  Sur des petites récoltes, l’ensachage de pommes poires marche très bien à condition qu’ils soient bien fermés.

OÏDIUM DU POMMIER

oidium-feuille-pommier
Il apparait dès les premières chaleurs. Lorsque les écarts de température sont forts entre le jour et la nuit. Une poudre blanche s’installe sur l’ensemble du feuillage et parfois sur les fruits. Une façon simple de venir à bout de l’oidium est d’asperger les culture régulièrement.
L’apparition de l’oïdium est favorisé par une forte humidité de l’air, et l’air peu être plus chargé d’eau lorsqu’il fait chaud. Je vous conseille d’utiliser du purin d’ortie ou d’infusion de d’ail additionnée de lait ( il est un adjuvant d’adhérence) Ce traitement est a effectuer dès les premiers symptômes.
Si besoin plusieurs application de soufre  mouillable agissent rapidement pour venir à bout de cette maladie.

PUCERON SUR POMMIER

On retrouve plusieurs types de pucerons sur pommier au printemps:
Les pucerons verts:
Infestation de l’extrémité des pousses et arrêt de la croissance, enroulement des feuilles, et aspect collant dû au miellat sécrété par les pucerons. Apparition éventuelle de fumagine (champignon noir) sur les surfaces collantes de miellat
Les pucerons lanigères:
Ils piquent et sucent les rameaux et collets des arbres. Présence d’un duvet blanc et cireux sous lequel se trouvent les pucerons. Il peut aussi se produire une déformation de l’écorce.
Les pucerons des galles rouges:
Attaque l’extrémité des pousses, apparition de déformation puis de coloration rougeâtre piqure rouge caractéristiques sur les fruits.
Les pucerons cendrés:

Dysaphis plantaginea Pass

pucerons cendrés

Attaque provoquant une déformation des pousses, dessèchement des fleurs, enroulement et jaunissement des feuilles, installation de miellat puis de fumagine sur les tissus végétaux.

Lutte:

Traitez l’hiver avec de l’huile blanche. Evitez les apports printanier d’engrais azotés. Favorisez les ennemis naturels ( coccinelles, caryopse, syrphes, punaises, mésanges…) en laissant par exemple un lieu de friche dans le jardin, des haies variées, des buissons et bois morts.
Posez des anneaux englués sur le tronc de l’arbre : un scotch marron a carton autour du tronc puis appliquez de la glu sur la partie supérieure du scotch. Cela évite la montée des fourmis. En effet, elles protèges des prédateurs et entretiennent les colonies de pucerons.
Le badigeonnage des troncs en hiver de chaux  vive agricole ou l’application d’huiles blanche détruit les oeufs sous l’écorce ainsi que les colonies de lanigères en saison.
Un insecticide naturel à base de pyréthrines viendra facilement à bout de ces parasites. Pensez à le réaliser assez tôt pour éviter l’enroulement de feuilles.

TAVELURE DU POMMIER

tavelure
C’est la maladie des arbres a pépins des plus grave. En générale, cette maladie est propice aux lieux humide ( proximité d’une rivière) et aux sols compacts et froids.
Sur les feuilles et rameaux, des tâches gris brunâtre apparaissent, généralement en face inférieur. Elles finissent par se crevasser et se dessécher.
En cas de grosse attaque les feuilles jaunissent et chutent prématurément. On peut remarquer des dessèchement des extrémité de branches, et des stigmates sur les bois.
Les jeunes fruits de la taille d’une noisette peuvent tomber en grand nombre.
Plus tardivement , les tâches deviennent noirâtre sur les fruits et les crevasses apparaissent. L’hiver cette maladie hiberne au niveau du sol.
Lutte:
Effectuez des distances de plantation suffisantes pour assurer une bonne aération. Assurez des tailles d’éclaircie régulières pour laisser une couronne dégagée.
Evitez les excès d’azote, et surtout de choisir des variétés sensibles.
Supprimez régulièrement les fruits et feuilles atteintes du verger en les brulant, un passage d’une tondeuse ramassante fait aussi beaucoup de bien.
Evitez le mulching, et tout type d’engrais vert.
Effectuez des traitements à la bouillie bordelaise avant floraison, après la floraison (moins dosé) , et à la tombée des feuilles .
L’argile, le silicate de soude et les algues peuvent aussi être pulvérisées sur la couronne en période végétative.
Badigeonnez les troncs et branches durant l’hiver. (chaux vive argricole, blanc arboricole)
Plus rarement:

ARAIGNEES ROUGES

Les feuilles piquées se décolorent, deviennent vert jaune puis gris. Ensuite les feuilles tombent et font descendre la production en fruits.
Evitez l’emploi excessifs d’insecticides détruisant leurs prédateurs naturels. En cas de grosse attaque, pulvérisez des produits à base de pyréthrines ou de roténone.

ANTHONOME

Ce coléoptère agit généralement lors des printemps pluvieux.
la larve dévore les fleurs. Elles prennent un aspect de clou de girofle caractéristique.
Favorisez la présence d’oiseaux  et de prédateurs naturels: mésanges, bouvreuils fauvettes, … Les traitements au souffre pratiqué contre la tavelure ont aussi un effet répulsif contre l’anthonome. Sinon les traitements à base de prétoriens et de roténone doivent être effectués juste avant la floraison.

LA MONILIOSE

Moniliose-poirier
Maladie cryptogamique favorisée par l’humidité d’un verger. Particulièrement présente en printemps pluvieux. On la reconnait par une pourriture brune molle plus ou moins généralisée sur le fruit. La maladie forme des cercles concentriques et des coussinets blanchâtres à grisâtre généralement à proximité d’une blessure. Ensuite le fruit se momifie. Le fruit reste accroché à l’arbre même le printemps suivant.
Assurez des distances de plantation correctes, effectuez des tailles régulières et aérez les couronnes des arbres.
Eliminez les parties atteintes, favorisez les variétés peu sensibles et tardives.
Evitez les purins de plantes et apport d’azote. Limitez le nombre de fruits produits, évitez qu’ils se touchent. Récoltez par temps sec.
Des traitements à la bouillie bordelaises sont recommandés à la chute des feuilles, à la mise en feuille et à la nouaison.
On peut aussi semer de la raifort au pied de l’arbre et pulvérisez des infusions de ses racines et de ses feuilles sur les fleurs endommagées.

HOPLOCAMPE

hoplocampe_degat
La larve de cet insecte s’attaque aux fruits du printemps à la fin de l’été.
Pour piéger cet insecte, posez des piège de 30 x 30 cm d’un blanc très lumineux et engluez-les. Cela doit être fait 1 semaine avant la floraison.
Ensuite en fin de floraison effectuez un traitement au pyréthre ou à la roténone.

Cet article vous a plu? Partagez-le!

guide jardinierSi vous êtes nouveau ici, je vous invite à télécharger mon guide comment lutter efficacement contre les maladies et ravageurs des végétaux ainsi que mes conseils pour bien choisir vos plantes d'ornements. Merci de votre visite.

Vous allez recevoir régulièrement nos informations par email. Vous pourrez vous désinscrire à tout moment.
Charte de confidentialité

3 Responses to “Maladie du pommier, maladie du poirier

  • Bonjour
    Lors du changement de place de mon poirier qui se trouvait dans le vent je l’ai déplacé au mois de novembre, jusque là pas de problème.Au mois d’avril avec le beau temps il a repris avec feuilles et fleurs. Ensuite commence les problèmes mois de juillet malgré mes arrosages. Début du noircissement des fleurs suivit du noircissement des feuilles qui continus. Est-ce l’arrosage du poirier aurait-il causé ces dégâts ?

    • Christophe Ghesquiere
      2 ans ago

      C’est certainement de la fumagine, suite à l’action des insectes piqueurs suceurs tel que pucerons sur les feuilles. Le miellat créé par les pucerons entrainent l’apparition de la fumagine, un champignon. Savon noir assez efficace face à ça

  • Les maladies du pommier et du poirier sont souvent les mêmes. Merci pour ces infos.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *