Vous êtes ici : Jardinier Pro » Entreprise » Devenir paysagiste » Être perfectionniste lorsque l’on est paysagiste

Être perfectionniste lorsque l’on est paysagiste

Bienvenue sur Jardinier pro !
Si vous êtes nouveau ici, je vous invite à en apprendre beaucoup plus dans mon guide les 10 cles de la réussite d'une entreprise de paysage: Cliquez ici pour télécharger le guide gratuitement! Merci de votre visite et à bientôt.

Vous avez certainement le même défaut que moi, c’est le perfectionnisme. C’est aussi une grande qualité que beaucoup n’ont pas. Pourtant, je viens de me rendre compte aujourd’hui qu’en fait, je suis un vrai perfectionniste.

Que je mets beaucoup plus de soin à chaque chose que  mettraient normalement beaucoup d’autres.

Vous vous en rendez certainement plus du tout compte, mais si vous êtes comme moi, cela risque de vous choquer.

Si vous n’aimez pas le travail bâclé, le travail pas assez fignolé pour le présenter à vos clients, alors vous êtes comme moi.

Car justement, parfois c’est vraiment une qualité. Mais je me rends compte que cette qualité devient un vrai défaut. Surtout lorsque l’on est payé à la tâche et que justement, on préfère passer une heure de plus que tout les autres. Parce que finalement c’est une heure qui ne sera pas payé. Beaucoup de mes confrères paysagistes ne prennent pas le temps de fignoler les détails parce qu’un travail fait c’est comme ça !

Qui a raison qui a tord?

Je pense que chaque personne a ses bonnes raisons de dire à un moment donné le travail est fini. Qu’il s’agisse d’une taille de haie, d’une création paysagère ou de tout autre aménagement. Et justement c’est très personnel. ça dépend du point de vue de chaque personne.

Les avantages à être perfectionniste

Depuis mon début d’activité, j’ai pourtant la ferme conviction que le perfectionnisme à du bon. Et que les clients le ressentent.

Pourtant avec plusieurs collègues paysagiste, je retrouve cette même façon de faire qui est assez différente de la mienne.

Finalement, après plus de 5 ans a répéter les mêmes choses, a travailler de la sorte, je n’ai que très rarement eu des problèmes avec mes clients. Parce que justement, lorsqu’on s’acharne a bien travailler, les clients ne peuvent pas se plaindre.

Avoir l’envie de toujours être « aux petits oignons » avec ses clients, c’est justement ça qui va faire le nom de votre entreprise cette année et les années suivantes.

Car même si sur une tâche, vous n’y arrivez pas. Que vous avez essayé toutes les méthodes et toutes les techniques pour y arrive mais que finalement vous n’obtenez pas le résultat escompté.  Et bien, votre client sera reconnaissant. Et justement, il applaudira non pas le résultat que vous n’avez pas réussi à fournir, mais il applaudira vous être cassé en quatre pour lui. Et  vous avez montré que la faute ne viens pas de vous mais d’un autre facteur.

C’est pour cette raison que j’ai du mal à comprendre les paysagistes qui bâclent leur travail. Et d’ailleurs, ceux-ci ne s’en rendent plus compte tellement ils ont l’habitude de produire une qualité moyenne.

C’est en regardant les autres travailler qu’on arrive à se positionner, qu’on sait ce qu’on vaut vraiment.

Je sais que je ne suis pas très productif, mais que ce que je fais, je le fais bien.

Les inconvénients d’un perfectionniste

Le plus gros inconvénients pour un perfectionniste, c’est justement les autres.

Parce que justement, du fait que l’on fait autrement que la majorité, on a du mal a se faire comprendre.

On passe parfois pour l’intello, le lèche c… alors qu’il n’en est rien.

On me l’a souvent reproché durant mes études et j’en ai tiré des leçons.

Depuis, j’essaye de relativiser sur pas mal de choses.

Parce que si vous êtes aussi perfectionniste que moi, il vous arrive parfois d’être le seul a vouloir continuer quelque chose alors que tout le monde a fini. Alors que tout le monde en a marre.

Alors a ce moment, il faut savoir dire stop à soi même et de se poser les vrais questions.

Parce que à s’écouter parfois on n’y gagne rien. Et que souvent, il faut écouter la majorité pour pouvoir suivre le mouvement.

C’est toujours plus difficile d’aller contre un mouvement que suivre un mouvement.

Prenons un exemple:

Si vous avez un ou des employés dans votre entreprise. Souvent, ce sont eux qui risquent d’en avoir marre avant vous. Parce que justement, eux n’ont pas les mêmes intérêts que vous, et ça se comprend.

Le fait de vouloir toujours finir tout « au petits oignons » est finalement chiant. Et lorsque c’est toujours comme ça, les employés en ont marre. Et ils finissent par se tirer.

Alors pensez-y et essayez de trouver un juste milieu entre perfectionnisme et recul sur son travail.

Prenez la température de l’équipe et trouver le juste milieu entre vous et vos employers. Car c’est vous qui allez décider quand ça sera fini et quand le client doit payer pour cette prestation.

Le gros problème d’un perfectionniste, c’est de perdre du temps. Beaucoup de temps. Et chaque entrepreneur sais que le temps c’est de l’argent.

Donc, en prenant du recul on arrive à mieux gérer le temps passé sur une tâche et le bénéfice que l’on en tire en terme financier. De plus, vos employés seront plus serein avec vous car ils comprendront que vous les comprenez.

 

 

Des conseils de pro? profitez de mon guide gratuit: LES 10 CLES de la réussite d'une entreprise de paysage. Inscrivez simplement votre e-mail et je vous l'envoie gratuitement.

Les commentaires sont fermés.